jeudi 15 octobre 2015

Au bonheur de ces dames d' Angela Behelle (Auteur)







RÉSUMÉ : À 18 ans, Jérémy quitte le confort douillet et protecteur de sa campagne normande pour se lancer dans de brillantes études littéraires à Paris. Alors quoi de plus normal pour ce jeune homme passionné de lectures que d'être irrésistiblement attiré par la librairie ancienne qui se situe juste sous ses fenêtres, de l'autre côté de la rue ? Intimidé, hésitant, il attend, puis se décide enfin à pousser la porte. Une clochette qui tinte, un parquet qui craque sous les pas, une odeur de bois, des livres par milliers, et, aux commandes de cette boutique hors du temps, une personne qu'il ne s'attendait pas à trouver là. Un seul regard de Claudia, la voluptueuse libraire qui se cache derrière les étagères suffit pour que la vie de ce jeune puceau provincial bascule définitivement. Fasciné par cette femme mystérieuse qui se propose de faire de lui un homme, Jérémy se soumet, corps et âme, à une lente et savoureuse initiation à tous les plaisirs de la chair. Mais entrer dans l'univers de Claudia signifie également en accepter les règles et les secrets plus nombreux qu'il n'y paraît. Au fur et à mesure qu'il pénètre l'intimité de sa sulfureuse maîtresse, Jérémy comprend qu'il a mis le doigt dans un engrenage aussi sensuel que dangereux. Il n'est cependant pas certain qu'il ait envie de s'y soustraire. Au contraire. Son insatiable appétit d'apprendre le conduit, un livre de Zola sous le bras, à en réclamer toujours plus. Au risque, peut-être, de compromettre son avenir.



MON AVIS : Je remercie les éditions blanche et plus particulièrement Olivia pour l'envoi de ce Service Presse que j'ai encore demandé à un timing trés short. En effet à  la réception du catalogue, le résumé ne m'a pas inspirée plus que cela. C'est la présentation d'une blogueuse qui m'a donné envie.

N'ayant pas lu "Au bonheur des dames" d'Emile Zola, je n'avais donc pas d'a priori particulier en commençant ce livre. En plus j'ai lu le résumé mais à part le titre rien ne me parait similaire.

Ce qui m'a attiré le plus c'est que contrairement aux autres livres ici les rôles sont inversés. Habituellement c'est l'homme qui initie la jeune vierge aux plaisirs de la chair. Ici c'est l'inverse ce que j'ai trouvé particulièrement novateur et intéressant.

Ceci est mon premier Angela Behelle, bien que j'ai beaucoup entendu parler de "la société". Je savais que ces livres étaient des érotiques donc pas de surprise de ce coté la bien au contraire....

Seul l'emploi du mot "ventre" au lieu de "vagin", "chatte" ou autre m'a "déçue".  Comme c'est un roman basé sur le sexe appelons un chat, un chat......

J'ai eu un peu de mal à démarrer au début à causes des "exercices" (gages) que Claudia donne à Jeremy. J'ai eu peur que ça ne soit que ça durant tout le livre mais non. Après ça n'a été que du bonheur.... Le livre se lit rapidement. L'écriture est fluide. Les scènes de sexes merveilleusement bien détaillées.

Jérémy le héros à dix huit ans au début du livre. Il arrive de sa campagne pour faire des études dans une école de prestige. à tout de point de vue c'est toujours un enfant, mais grâce à Claudia, il va s'épanouir et devenir un homme dans tout les sens du termes. Il tombera vite amoureux de Claudia qui pense qu'il confond Désir et Amour et l'envoie dans les bras de Valentine une collègue de son école.

Claudia, elle est trés mystérieuse à bien des égards. Elle à prévenu Jérémy au début de leur contrat de ne pas poser de questions, mais à force de ténacité et cajoleries il parvient petit à petit a percé la carapace et le mystère l'entourant. Et ses secrets sont pour le moins inattendus.

J'ai beaucoup aimé Thomas un personnage secondaire. Aussi collègue de Jérémy mais surtout ami puis meilleur ami. Le seul qui connaisse son secret et qui le protège. Au début je l'aimais bien par rapport à son attitude insouciante et ses vannes et puis il a gagné mon respect quand il a avoué à Jérémy qu'il savait et qu'il l'avait couvert.

En résumé un merveilleux livre que je ne regrette pas d'avoir lu et je pense me laisser tenter par "Voisin, Voisine".