vendredi 5 février 2016

Hollywood en irlande 5 d'Elisia Blade




RÉSUMÉ : Adélia est probablement la fille la plus maladroite de la planète. Ce qui la sauve, c’est qu’elle l’assume totalement et cela ne lui pose aucun problème… jusqu’à ce qu’elle échoue au beau milieu d’un champ au pied de Nate Calvin. Coup de foudre. Inévitable, non ? Nate Calvin est LA star hollywoodienne du moment. Impensable donc que cet homme tombe immédiatement et irrémédiablement amoureux d’elle. Comment peut-il être sincère alors qu’elle n’a pas assez de doigts pour énumérer ses défauts ?
Mais pourquoi le bel acteur est-il venu se planquer au milieu de la campagne irlandaise ? Adélia a-t-elle raison de lui faire confiance ?

Un texte hilarant et ironique qui prouve que chaque femme, aussi imparfaite soit-elle, mérite de vivre de grandes aventures.






J'ai lu ce dernier tome en étant persuadée que ce n'était pas l'avant dernier. Me demandez pas pourquoi je n'en ai aucune idée lol. 

En même temps ce n'est pas plus mal car je n'ai pas eu l'appréhension que j'ai toujours en sachant que c'est le dernier et que je pourrais ou non aimer la fin. Ou tout simplement que je voudrais une suite qui n'existe pas.

Nous avions quittés les amoureux sur la rupture du siècle, Nate s'étant encore une fois comporté comme un gros con. Et là je dois dire que malgré le petit couak d'avant je ne l'avais pas vu arrivé.

Ce tome met donc plus l'accent sur Anja qui se révéle être une amie en or et un peu aussi sur Quino qui va nous sortir un truc de ouf.

Puis on fait un bond de 7 mois dans le futur Adelia a trouvé un bon travail à Londres, elle est toujours malheureuse mais Anja est toujours la pour la soutenir.

Adelia est passé de prof à assistante dans une maison d'édition (lire et je cite chef de l'impression alias la décimeuse de forêts ^^). Dans les tomes précédents son métier n'était abordé que dans les grandes lignes, mais je pense que chagrin d'amour mis à part, elle s'épanouie plus dans ce nouveau métier.

Mais malheureusement pour elle et pour notre plus grand bonheur, elle est toujours aussi maladroite.